mardi 15 février 2011

Abruti de Roland

Sombre avenir pour les serres d'Auteuil : pour retenir une bande de glands en shorts qui jouent à la balle 15 jours par an, la ville de Paris a accepté de mettre à mort un de ses plus chouettes espaces verts.

Bon bien sûr, il nous disent que tout sera préservé, tout ça tout ça.

Sauf quelques bâtiments un poil trop récents, donc sacrifiables, et tant pis s'il abritent des collections exceptionnelles de bégonias, d'orchidées, et autres plantes rares, dont l'avenir est plus qu'incertain (il est question du parc floral, mais celui-ci ne dispose pas des structures adaptées...).

Sauf qu'une partie des jardins et des bâtiments sera intégrée au site du tournoi, et tant pis s'ils risquent de servir de salles de conférences ou de restaurants à des gens qui n'en ont rien à battre.

Sauf que le tournoi restera toujours le plus petit des tournois du grand chelem, et que le problème se reposera encore et encore, et peut-être que d'autres morceaux seront cédés, d'autres concessions seront faites, quitte à ôter peu à peu toute substance à ce magnifique site.

Bref, je ne miserais même pas ma casquette sur la survie des serres à moyen terme.


Pour s'informer et réagir, une pétition, des articles ici et , et un intervention de Françoise Hardy !

dimanche 13 février 2011

Dessine moi un mouton...

Mein gott ! C'est que ça prend la poussière par ici !


Les japonais disent (parait-il) :

Les poussières qui s'amassent forment une montagne.


Mais ça ne nous dit pas ce qui se passe une fois qu'on a une montagne de poussière.
Alors donc, je sors ma plume de poète, et je me permet d'ajouter ma pierre à l'édifice de l'univers tout plein :

Les montagnes qui s'amassent forment des tas de montagnes.

Profond, n'est-ce pas ?